De l'importance des arts en éducation.

Publié par Melissa Lepine le

Un peu partout.

Un peu partout. Un peu tout le temps. Depuis longtemps. J'entends des gens. Qui considèrent l'apprentissage des arts comme inutile. Qui se braquent contre la présence de l'enseignement des arts. Dans un cursus général. Disons-le. Dans un contexte d'établissement des bases. De l'acquisition des connaissances à leur appropriation. Dans un contexte de formation de l'individu. En définition. Parce que c'est ça un enfant ou un adolescent. C'est une personne qui est en train de se construire. De déterminer sa place dans la société.

La valeur.

On peut aimer. Ou pas. On peut créer ou pas. Mais l'art ce n'est pas que ça. L'art, appliqué dans un contexte multidisciplinaire c'est une richesse. Indéniable. C'est une porte ouverte sur l'esprit. Sur des réalités. Du présent et du passé. Tantôt terre à terre. Tantôt à coeur ouvert. L'art permet, premièrement, un accès au monde. Celui d'aujourd'hui. Celui d'hier. Celui d'autrui. Celui dans lequel on vit.

L'inclusion.

L'inclusion des arts. En tant que domaine à part entière. C'est une chose. Une exigence qui peut amener de nouvelles possibilités. Pour s'exprimer. Pour se développer. On peut douter de sa pertinence. On peut éprouver de l'inconfort. On peut attendre que ça passe. Mais ...

Là où l'art prend toute son importance c'est dans l'enrichissement de l'expérience éducative. Dans sa fonction d'assistant de formation. Là où l'art devient indispensable c'est dans sa faculté de venir appuyer. Ici et là. La transmission des informations, mais surtout leur compréhension. Voici en quoi, l'art vient compléter un programme d'apprentissage:

La créativité.

Une évidence. Mais au-delà des collages et des récitations de poèmes. Au-delà des concerts de flûtes à bec et des pièces de fin d'année. L'art permet le développement d'une pensée créative. Qui sera assurément réutilisée. Dans un futur métier. Dans une situation à régler. Dans le besoin de se démarquer. D'innover. De penser en dehors du cadre. De se réinventer.

L'amélioration des performances.

La performance académique. On ne veut pas trop en parler. On ne veut pas trop comparer. Mais réussir ça fait du bien. Ça conforte sur le chemin. Même dans une optique personnelle. La pratique des arts est reconnue pour favoriser la réussite. Comment?...de plusieurs façons. En instaurant le concept de persévérance. En mettant de l'avant l'importance de la pratique. En démontrant une étendue de possibilités. En favorisant la différence, l'unicité.

La motricité.

La pratique des arts, en elle-même ou en intégration, favorise le développement de la motricité fine. Le fait de développer des automatismes vient conforter l'apprenant. Qui pourra alors se concentrer sur les notions à intégrer. Sur les performances à livrer. L'idée est de libérer l'esprit des contraintes qui ne sont pas reliées spécifiquement à l'exercice. 

La confiance.

Bon. Avoir à présenter une réalisation dont on n'est peu fier ne rend pas confiant. Mais, bien appliquée la pratique des arts peut grandement contribuer à une meilleure estime de soi. À une plus grande confiance en ses capacités. Dans ce cas, les adultes accompagnants ont un rôle de choix. Celui de percevoir. Celui de deviner, parfois, là où chacun sera le mieux. Là où chacun pourra donner le meilleur de lui-même. Là où chacun deviendra un pilier inébranlable.

La visualisation.

Certains concepts sont difficiles à visualiser. D'autres à exprimer. Dans ces cas précis, l'intégration des arts permet de mieux intégrer certaines connaissances, de les interpréter, de les critiquer, des les remettre en perspective. Le développement visuospacial chez l'enfant va au-delà de la pratique artistique. C'est un processus qui favorise la prise de décision et la réutilisation des connaissances dans plusieurs types de situations.

Justement. La prise de décision.

Comment les arts pourraient renforcer l'habileté à résoudre des problèmes? En demandant à l'apprenant de critiquer et d'interpréter. En lui demandant de prendre des décisions. Dans ce cas, l'habitude à prendre des décisions sera solidifiée par la répétition du processus. Et deviendra, au fur et à mesure que l'enfant grandira, un automatisme, faisant donc en sorte que l'individu pourra se concentrer sur la situation plutôt que sur le procédé.

La persévérance.

On l'a déjà citée. Mais à elle seule elle rend la place des arts à l'école ou dans un processus d'apprentissages pertinente. Certains viennent au monde avec un talent inné. D'autres devront s'acharner. Travailler. Avec régularité et ardeur. Mais, dans une cas comme dans l'autre, la persévérance devra être au rendez-vous. Qu'elle soit introduite par les difficultés personnelles ou par les exigences des procédés utilisés, la pratique des arts implique à tout coup que l'on doive se mettre dans un état d'esprit qui acceptera que l'art implique un développement continuel des aptitudes. En art, il n'y a pas de destination.

Le focus.

La pratique des arts exige de la concentration. Elle exige qu'on délimite notre attention afin de tout mettre en oeuvre pour parvenir à un résultat. C'est incontournable. Cette aptitude  à discipliner l'esprit sera transférable dans bien des domaines, que ce soit durant la vie étudiante ou en tant que travailleur. Et même dans la vie de tous les jours.

La collaboration.

Tout dépendant de la forme d'art dont il est question, plusieurs situations peuvent impliquer un travail collaboratif où les artistes devront s'affairer à être à l'écoute des autres membres mais de façon multi-sensorielle. Écouter l'autre, à travers ses paroles mais aussi à travers les images qu'il produit, les rythmes qu'il propose, les mouvements qu'il entreprend. Être attentif à l'autre, s'intégrer à un groupe à travers une multitude de messages, qu'ils soient visuels, sonores, physiques, verbaux, etc.

La confiance.

La proposition des arts aux enfants permet, en plus de développer des habiletés à collaborer, de renforcer la confiance. En prenant conscience de la valeur des interventions de chacun dans un groupe ou en réalisant que chacun porte un élément de la réussite à travers son implication. C'est dans ces situations que la confiance personnelle naît. Que la confiance en l'autre se développe. Que leur valeur se définie, un peu dans le reflet d'eux-mêmes. Un peu dans le regard des autres.

Alors.

L'art c'est grand. C'est une vaste contrée. Qui mérite d'être explorée. De la façon qui vous convient. À travers une multitude de chemins. Après tout, ils finissent tous par se croiser à un certain point. L'art mérite sa présence. Elle mérite de diffuser son essence. Ne vous laissez pas impressionner. Ne vous laissez pas submerger. Allez-y à petites bouchées, s'il le faut. Mais laissez-lui une chance de vous accompagner dans votre découverte du monde. 

Ancienne publication

RSS

0 commentaires

Laisser un commentaire

Prendre note que nous nous réservons le droit d'approuver les commentaires avant publication.