Les ateliers de La Renardière

La Renardière. Qui. Quoi. Où. Comment.

Responsabilisation éducative

J'entends.

Quand il est question d'éducation, il me semble que j'entends à peu près tout le temps la même affaire. On parle des bienfaits de la socialisation. Ou on s'inquiète du fait qu'un enfant en manque...c'est selon et c'est une autre histoire dont on reparlera volontiers. On parle d'inclusion. Des minorités, des enfants challengés. On parle aussi de conformité. D'uniformité. D'égalité des chances. Dans un monde idéal ce serait le cas. Dans le monde en général c'est une autre paire de manches. Je ne dis pas qu'il faut baisser les bras. Mais je dis, qu'il serait peut-être judicieux de déplacer le débat. De porter l'échange, là où il n'est pas. D'un coup qu'on avancerait? D'un coup qu'on y gagnerait. J'm'en plaindrais pas.

Tourmente.

J'ai pensé à cet article toute la nuit. L'éducation ça me suit. Jour et nuit. Celle des miens. Mais celle de la société dans lequel nous évoluons aussi. Celle dans laquelle nous nous impliquons. Celle que nous portons et qui accueillera les générations qui suivront. Je me suis demandée, toute la nuit, pourquoi on ne parlait pas de RESPONSABILISATION. Un grand mot. Un grand projet. Mais surtout, un investissement pour nos enfants.

Question de responsabilisation.

Je vous entends dire que vous en avez déjà assez. À porter. À supporter. À défendre. Mais ce que j'ai envie de proposer ne repose pas sur le concept d'individualité. J'ai envie de parler de responsabilisation collective. 

L'éducation est supportée par plusieurs paliers. Il y a le ministère. Qui applique la loi. La redéfinit parfois. Puis les commissions scolaires. Qui gèrent les technicalités, les institutions, les relations. Entre les paliers de décisions et ceux de l'application. Car il faut bien passer de la théorie à la vraie vie à quelque part. Puis à la toute fin, nous retrouvons des familles. Parents et enfants. Qui reçoivent le produit final. Mais qui devraient être tout aussi importants, sinon plus, que n'importe quel haut placé où n'importe quelle hypothèse bien pensée. La responsabilisation c'est, d'abord et avant tout, de donner une voix à ceux pour qui nous travaillons et d'ouvrir l'oreille et l'esprit afin d'entendre le moindre murmure qu'ils produiraient.

Se donner les moyens.

La responsabilisation passe par la facilitation des communications, par l'implication et par la collaboration. Ce n'est qu'en se mettant à la place de l'autre que l'on peut saisir l'ampleur de sa tâche et ses défis inhérents. Ce n'est quand s'impliquant entièrement que l'on peut accompagner nos enfants et leurs enseignants. Au niveau de l'implication parentale bénévole, le Québec arrive bon dernier. Pourquoi? Par manque d'intérêt des parents ou par manque d'ouverture des écoles, je n'en ai aucune idée. Mais, chose certaine, nos enfants sont perdants.

Je crois qu'il faut déconstruire les structures. Simplifier les interventions et les échanges. Je crois qu'aucune bonne décision ne peut se prendre à l'écart de la vraie situation. Je rêve sans doute. Mais je crois fermement que ce n'est qu'en mettant en commun nos forces, nos expériences et nos ressources que l'on arrivera à faire briller notre réseau éducatif. Jamais une société n'aura progressé en étant divisée.

Faire le pari.

Pour y arriver, il faut accepter de changer. D'essayer. Quitte à se tromper. Il faut innover. Apprendre à se connaître. À s'apprécier. Se remettre en question aussi. Tout ça est normal quand on grandit. Il faut faire preuve d'humilité. Écouter. Faire confiance et se faire confiance. Soyons le changement dont nous rêvons et sachons nous imposer pour les bonnes raisons.

Pour y arriver, il faudra se dépasser. S'entraider. Se rassembler. Arrêter de se déchirer. Écoles publiques et privées. Enseignement traditionnel ou alternatif. Familles éducatrices. Douance et troubles d'apprentissage. Riches et pauvres. Grands et petits. Tout le même dans le même bateau!

La mêlée.

En 2019, nous décidons donc de nous impliquer. Encore plus. De partager ce que ce que nous avons de meilleur à offrir. Et de nous ouvrir encore plus à ce qui nous est offert. En 2019, nous choisissons d'utiliser nos principal vecteurs de communication pour partir à la connaissance des autres. Nous choisissons de contribuer, à notre façon, à notre beau système d'éducation.

Nous nous lançons dans la mêlée en prenant le chemin de l'art comme prétexte à découvrir et à grandir. Les moyens sont quasi infinis. À vous de trouver les vôtres. À vous de définir la place qui vous revient et de l'occuper. Quitte à vous imposer.

Il serait trop facile de s'écrier et de s'époumoner aux sujets des nombreux problèmes qui affectent notre société sans prendre nos responsabilités. Et au final, je suis prête à le parier, nos enfants suivront notre exemple. En reconnaissant qu'ils ont une place dans la hiérarchie éducative. Qu'ils ont une voix dans les mouvements qui affecteront leur quotidien. Peut-être auront-ils envie de se démarquer. De se respecter. De persévérer...sait-on jamais.

Pour vous inspirer.

Voici quelques pistes d'informations et de réflexions si vous envie de pousser plus loin le sujet:

Carrefour éducation

Allô Prof Parents

École branchée

La participation parentale dans les écoles

La place des parents dans l'école

Fédération des comités de parents

Lire davantage

J'entends.

Quand il est question d'éducation, il me semble que j'entends à peu près tout le temps la même affaire. On parle des bienfaits de la socialisation. Ou on s'inquiète du fait qu'un enfant en manque...c'est selon et c'est une autre histoire dont on reparlera volontiers. On parle d'inclusion. Des minorités, des enfants challengés. On parle aussi de conformité. D'uniformité. D'égalité des chances. Dans un monde idéal ce serait le cas. Dans le monde en général c'est une autre paire de manches. Je ne dis pas qu'il faut baisser les bras. Mais je dis, qu'il serait peut-être judicieux de déplacer le débat. De porter l'échange, là où il n'est pas. D'un coup qu'on avancerait? D'un coup qu'on y gagnerait. J'm'en plaindrais pas.

Tourmente.

J'ai pensé à cet article toute la nuit. L'éducation ça me suit. Jour et nuit. Celle des miens. Mais celle de la société dans lequel nous évoluons aussi. Celle dans laquelle nous nous impliquons. Celle que nous portons et qui accueillera les générations qui suivront. Je me suis demandée, toute la nuit, pourquoi on ne parlait pas de RESPONSABILISATION. Un grand mot. Un grand projet. Mais surtout, un investissement pour nos enfants.

Question de responsabilisation.

Je vous entends dire que vous en avez déjà assez. À porter. À supporter. À défendre. Mais ce que j'ai envie de proposer ne repose pas sur le concept d'individualité. J'ai envie de parler de responsabilisation collective. 

L'éducation est supportée par plusieurs paliers. Il y a le ministère. Qui applique la loi. La redéfinit parfois. Puis les commissions scolaires. Qui gèrent les technicalités, les institutions, les relations. Entre les paliers de décisions et ceux de l'application. Car il faut bien passer de la théorie à la vraie vie à quelque part. Puis à la toute fin, nous retrouvons des familles. Parents et enfants. Qui reçoivent le produit final. Mais qui devraient être tout aussi importants, sinon plus, que n'importe quel haut placé où n'importe quelle hypothèse bien pensée. La responsabilisation c'est, d'abord et avant tout, de donner une voix à ceux pour qui nous travaillons et d'ouvrir l'oreille et l'esprit afin d'entendre le moindre murmure qu'ils produiraient.

Se donner les moyens.

La responsabilisation passe par la facilitation des communications, par l'implication et par la collaboration. Ce n'est qu'en se mettant à la place de l'autre que l'on peut saisir l'ampleur de sa tâche et ses défis inhérents. Ce n'est quand s'impliquant entièrement que l'on peut accompagner nos enfants et leurs enseignants. Au niveau de l'implication parentale bénévole, le Québec arrive bon dernier. Pourquoi? Par manque d'intérêt des parents ou par manque d'ouverture des écoles, je n'en ai aucune idée. Mais, chose certaine, nos enfants sont perdants.

Je crois qu'il faut déconstruire les structures. Simplifier les interventions et les échanges. Je crois qu'aucune bonne décision ne peut se prendre à l'écart de la vraie situation. Je rêve sans doute. Mais je crois fermement que ce n'est qu'en mettant en commun nos forces, nos expériences et nos ressources que l'on arrivera à faire briller notre réseau éducatif. Jamais une société n'aura progressé en étant divisée.

Faire le pari.

Pour y arriver, il faut accepter de changer. D'essayer. Quitte à se tromper. Il faut innover. Apprendre à se connaître. À s'apprécier. Se remettre en question aussi. Tout ça est normal quand on grandit. Il faut faire preuve d'humilité. Écouter. Faire confiance et se faire confiance. Soyons le changement dont nous rêvons et sachons nous imposer pour les bonnes raisons.

Pour y arriver, il faudra se dépasser. S'entraider. Se rassembler. Arrêter de se déchirer. Écoles publiques et privées. Enseignement traditionnel ou alternatif. Familles éducatrices. Douance et troubles d'apprentissage. Riches et pauvres. Grands et petits. Tout le même dans le même bateau!

La mêlée.

En 2019, nous décidons donc de nous impliquer. Encore plus. De partager ce que ce que nous avons de meilleur à offrir. Et de nous ouvrir encore plus à ce qui nous est offert. En 2019, nous choisissons d'utiliser nos principal vecteurs de communication pour partir à la connaissance des autres. Nous choisissons de contribuer, à notre façon, à notre beau système d'éducation.

Nous nous lançons dans la mêlée en prenant le chemin de l'art comme prétexte à découvrir et à grandir. Les moyens sont quasi infinis. À vous de trouver les vôtres. À vous de définir la place qui vous revient et de l'occuper. Quitte à vous imposer.

Il serait trop facile de s'écrier et de s'époumoner aux sujets des nombreux problèmes qui affectent notre société sans prendre nos responsabilités. Et au final, je suis prête à le parier, nos enfants suivront notre exemple. En reconnaissant qu'ils ont une place dans la hiérarchie éducative. Qu'ils ont une voix dans les mouvements qui affecteront leur quotidien. Peut-être auront-ils envie de se démarquer. De se respecter. De persévérer...sait-on jamais.

Pour vous inspirer.

Voici quelques pistes d'informations et de réflexions si vous envie de pousser plus loin le sujet:

Carrefour éducation

Allô Prof Parents

École branchée

La participation parentale dans les écoles

La place des parents dans l'école

Fédération des comités de parents

Lire davantage


2019 Année internationale des langues autochtones

Déjà une autre année qui arrive. Pleine de défis. À envisager. À surmonter. Une année qui se veut une nouvelle opportunité. De grandir et de s'améliorer. En tant qu'individu et en tant que société. Une nouvelle année que l'UNESCO a décrétée et consacrée à la valorisation des langues autochtones.. 

Lire davantage

Déjà une autre année qui arrive. Pleine de défis. À envisager. À surmonter. Une année qui se veut une nouvelle opportunité. De grandir et de s'améliorer. En tant qu'individu et en tant que société. Une nouvelle année que l'UNESCO a décrétée et consacrée à la valorisation des langues autochtones.. 

Lire davantage